Standard téléphonique Taxi Lyonnais 24h/24 - 7 jours/7
FR

INFORMATION CORONAVIRUS

X

Dans le cadre de la sortie du confinement et conformément au protocole sanitaire, nous demandons aux passagers de respecter les gestes barrières et la consigne suivante :

  • 3 passagers sont admis à bord dans les véhicules type berline (TL Eco / TL VIP) et un maximum de 7 passagers est admis en van (TL Minibus).
  • Plusieurs passagers d'un même foyer peuvent être transportés simultanément dans un même véhicule (3 passagers dans un véhicule berline / 7 passagers dans un véhicule minibus).
  • Aucun passager n'étant admis à l'avant du véhicule.
En savoir plus

Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers


Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers
Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers
Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers
Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers
Taxi Lyonnais aime le sport, le football en particuliers
Logo TL (Taxi Lyonnais)
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

En football, le match OL-ASSE, selon l'équipe qui reçoit, est un derby, marquant la confrontation entre deux clubs voisins que sont l'Olympique Lyonnais et l’AS Saint-Etienne. Le Derby est empreint de symboles, car il est souvent vu comme l'opposition de Saint-Etienne,  la populaire, contre Lyon, la  bourgeoise, et entre le club des années 1970 qu'est l'ASSE et celui des années 2000 qu'est l'OL.

Le dernier derby en date a été joué le 2 octobre 2016, pour le compte de la 8e journée de championnat 2016-2017, au Parc Olympique Lyonnais à Décines-Charpieu (OL 2 - 0 ASSE). Cette année, l'ASSE a pris sa revanche (ASSE 2 - OL 0).

En savoir plus :         

Une réelle rivalité sociale entre les deux villes semble ancrée de plusieurs siècles. Cette rivalité peut être expliquée par la proximité des deux villes distantes de 62 kilomètres (et 50 km à vol d'oiseau),leur différences mais aussi par une histoire commune. Dans l'histoire de la région, de manière assez systématique, les deux villes voisines se sont souvent retrouvées en position d'antagonisme.

Aujourd'hui, les différences de revenus et de chômage restent importantes entre les deux villes. Le dynamisme démographique joue également : quand Lyon gagne des habitants, Saint-Étienne en perd régulièrement depuis le recensement de 1968. Lyon est réputée bourgeoise tandis que Saint-Etienne est plus ouvrière.

Les supporters de chaque équipe exaltent certaines valeurs : chez les stéphanois, les symboles tournent autour de l'exploitation de la mine, la métallurgie et l'armurerie, de l'histoire ouvrière, de la solidarité et des luttes sociales. A Lyon, la recherche, le cinéma à travers les Frères Lumière, le caractère historique, politique et économique de Lyon sont systématiquement évoqués.

Le derby et la suprématie régionale n'est pas seulement une affaire de football.

La rivalité a aussi lieu dans les tribunes : Saint-Étienne est souvent exalté dans les médias pour la ferveur de ses supporters, quand ceux de Lyon tendent à être qualifiés de froid et de peu fervents. Le manque de résultats sportifs de Saint-Étienne dans les récents derbys incite les supporters à se dépasser pour assurer une suprématie régionale dans les tribunes.

La rivalité se retrouve dans de nombreux chants hostiles au club rival, chantés pour certains quel que soit le match, comme le chant lyonnais Emmenez-moi à Geoffroy-Guichard (sur l'air de Emmenez-moi de Charles Aznavour, chanté à la 42e minute de chaque match (le nombre 42 renvoyant à la Loire, département de Saint-Étienne) ; plusieurs joueurs de l'OL avaient d'ailleurs chanté ce chant hostile à l'ASSE au balcon de l'Hôtel de ville de Lyon au lendemain de leur victoire en Coupe de France en 2012, ce qui avait fait polémique. Des chants des supporters de l'AS Saint-Étienne entonnés dans la plupart des rencontres, comme le Nous, nous sommes les Stéphanois, où les deux kops se répondent, comprennent également des paroles à l'encontre du club voisin.

Les tifos et les banderoles sont une autre manière de montrer sa supériorité dans les tribunes, et de se moquer de l'adversaire. Les banderoles permettent aussi de ridiculiser de l'adversaire le plus souvent, parfois avec dérision. La marchandisation du football, les valeurs de la ville, la faiblesse du public ou de l'équipe affrontée sont les thèmes les plus abordés. Elles ont une importance variable selon l'agressivité du message, et ont même engendré pour certaines des procédures judiciaires.

Chargement en cours
Logo Ekomi
x